Témoignage Goviril : augmenter la taille de son pénis

Salut,
je m’appelle Alexandre et je suis né à Toulouse de parents de la communauté asiatique. J’ai créé ce blog pour vous donner mon avis sur Goviril et vous raconter mon histoire… Mes parents ont toujours voulu que je m’intègre le mieux possible dans la société française. Discret, j’étais un enfant travailleur à l’école mais timide.

La catastrophe !

Quand j’ai eu 10 ans, mes parents m’ont inscrit au rugby pour que je me fasse des copains. Ca se passait bien jusqu’aux douches après l’entraînement… Nu devant les autres, j’étais le plus frêle des enfants et mon sexe était beaucoup plus petit que celui des autres! Les gamins se sont bien sûr moqués de moi de façon horrible.

Mon père est venu me chercher mais je ne lui ai rien dit sauf que j’ai refusé de rejouer à des sports collectifs ou de faire du sport. A l’école, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudré et j’ai gagné le surnom de “petite quéquette” ou “bite de chinois” pour le reste de mes études…

Cet épisode traumatisant a marqué pour moi le début de mes interrogations et de mon obsession pour trouver une solution à comment agrandir mon pénis. Je sais que cela fait jeune, mais dès mon âge le plus tendre, j’ai vraiment été obnubilé par cette idée de transformer mon petit zizi en une grosse bite qui aurait fait rêver les femmes.

D’ailleurs, ce sont toujours elles la cause du problème! Elles disent que le physique ne compte pas mais elles finissent toujours par sortir avec des africains irrespectueux. On comprend vite qu’elles ne sont pas avec eux pour leur intelligence mais parce qu’ils ont un gros sexe viril et long qui les amène toujours à l’orgasme.

Sincèrement, j’étais jaloux et frustré. Plus tard, je devenais tout de même ami avec Omar et Moussa, un maghrébin et un black très sympas mais aussi embêtés que moi. Ils finirent eux aussi par m’avouer qu’ils n’étaient pas aussi bien membrés que certains de leurs cousins et avaient du mal à coucher avec des femmes!

L’adolescence et l’âge adulte

Bien sûr, comme le complexe devenait de plus en plus grand, je n’ai pas eu de petite amie au lycée et à la fac. Je manquais complètement de confiance en moi. A 21 ans, j’étais encore vierge bien sûr mais je n’étais même jamais sorti avec une fille!

Par contre, j’avais déjà consommé tellement de pornographie que je connaissais par cœur la liste des actrices porno françaises et américaines!

Clique ici pour lire la suite : Il fallait vraiment que je me bouge…

email